Une équipe professionnelle

25 années d’expérience en microchirurgie oculaire

Le Centre de Microchirurgie Oculaire CEMO est spécialisé dans la prise en charge des troubles de la vue.

Pourquoi choisir cemo.ch pour la correction laser de la vue ?

Laser pour tous

Notre mission est de rendre accessible à tous la correction laser de la vue.

Le CEMO se fait un devoir de respecter et de surpasser les standards de sécurité en matière de chirurgie.

Elle met à votre disposition :

  • Une équipe qualifiée d’ophtalmologistes, infirmières et techniciens;
  • Un environnement où le taux d’humidité et la température sont contrôlés afin d’assurer une stabilité de l’efficacité du faisceau laser;
  • Des produits qui répondent à des standards élevés d’efficacité et de sécurité;
  • Des instruments diagnostiques et chirurgicaux permettant d’optimiser le résultat réfractif de la chirurgie;
  • Les lasers SCHWIND 750S et 1050S qui permettent une ablation personnalisée ultra-rapide tout en respectant la courbure naturelle de la cornée pour une qualité optimale de vision postopératoire;
  • Un environnement paisible et confortable, l’hôpital de Saint-Loup à Pompaples dans le canton de Vaud fondée en 1842.

Votre sécurité, notre priorité

Le profil de sécurité de la chirurgie laser s’est grandement amélioré dans les 10 dernières années grâce à l’apparition de nouveaux instruments, de technologies laser permettant des zones d’ablation plus larges et plus régulières ainsi que de l’amélioration des systèmes de poursuite des mouvements de l’œil.

Donc aujourd’hui la chirurgie est réalisée dans des conditions optimales. Demandez nous un test préopératoire gratuit.

Comment se passe la visite préparatoire ?

Lors de votre consultation préopératoire, vous rencontrerez les ophtalmologistes qui procèderont à une évaluation complète de votre vision et de la santé de vos yeux. Il seront en mesure de déterminer si vous etes candidat pour une chirurgie réfractive au laser.

Dans l’affirmative, il vous proposeront le type de correction le mieux adapté à vos besoins et à votre style de vie. Nos chirurgiens s’engagent à répondre à toutes vos questions dans le but de vous aider à prendre une décision éclairée.

Comment se passe le jour de l’intervention ?

On vous demandera d’arriver à l’heure prévue de votre chirurgie. Bien que l’intervention soit de courte durée, prévoyez rester à la clinique environ 90 minutes.

Avant votre chirurgie, on vous demandera de lire attentivement et de signer une formule de consentement.Il est important de relever toutes questions ou inquiétudes qui pourraient persister après la lecture de celle-ci afin d’en discuter avec l’ophtalmologiste avant l’intervention.

Comment se passe la période postopératoire?

Un fois l’intervention complétée : vous serez installé dans une salle de repos. Vous pourrez quitter la clinique aussitôt que vous vous sentirez à l’aise de le faire.

L’infirmière vous donnera verbalement toutes les directives à suivre en plus de vous remettre un aide-mémoire. Une personne désignée devra vous accompagner pour le retour car vous ne serez pas en mesure de conduire.

Votre premier rendez-vous postopératoire sera fixé. Vous devrez prévoir du temps libre pour les différentes visites de contrôle soit : entre 3 et 5 jours après la chirurgie, et 1 mois postopératoire. Les visites seront obligatoirement effectuées aux CEMO.

Bien qu’une ablation de surface ne soit pas douloureuse, l’inconfort postopératoire est variable d’un patient à l’autre. La majorité des patients ressentent un inconfort modéré, qui peut varier au cours des 3 à 5 premiers jours, nécessitant une médication adaptée à leurs symptômes.

Pour les urgences, l’ophtalmologiste de garde pourra être joint en tout temps.

Quelles sont les recommandations postopératoires ?

Ne prévoyez aucune activité importante après la chirurgie. Vous devrez vous reposer. Ne posez aucune compresse sur l’œil. Évitez de frotter l’œil opéré tant que la lentille cornéenne bandage est en place. Votre vision sera floue et vos yeux seront sensibles à la lumière.

Pendant la première année, prévoyez le port de lunettes solaires avec un filtre UV adéquat lorsque vous serez à l’extérieur.

Le traitement post-opératoire

Après la chirurgie, vous aurez différentes sortes de médicaments à mettre dans l’œil opéré soit, des antibiotiques et des anti-inflammatoires. L’ordre des gouttes n’a pas d’importance. La posologie et la durée du traitement seront adaptées à votre condition par l’ophtalmologiste lors des suivis postopératoires.

La chirurgie laser crée un assèchement oculaire pendant les 3 premiers mois postopératoires. Vous devrez hydrater vos yeux régulièrement pendant cette période à l’aide de larmes artificielles.

Une lentille cornéenne bandage recouvrira votre cornée durant les 4 à 5 premiers jours suivant la chirurgie. Utilisez des larmes artificielles fréquemment pour maintenir une lubrification adéquate de la lentille. Par la suite, la fréquence et la durée d’utilisation pourront être adaptées selon les symptômes d’assèchement. Au besoin, vous pourrez vous procurer ces larmes artificielles à la pharmacie, sans ordonnance.

Y a t’il des douleurs suite à l’opération ?

Pendant les 4 à 5 premiers jours suivant la chirurgie ablation de surface votre vision sera floue. Vous aurez l’impression de voir à travers un filtre ou une fenêtre givrée.

Il est normal que l’œil chauffe et pleure. Si cela vous incommode, vous pourrez prendre un analgésique aux 4 heures.

Vous serez très sensible à la lumière. Vous pouvez utiliser des des lunettes solaires pour vous protéger du soleil et du vent. Vos yeux seront sensibles au toucher. Cette sensibilité vous empêchera de vous frotter vigoureusement les yeux au début, mais s’estompera graduellement dans les 3 mois suivant la chirurgie.

Il est normal de ressentir un assèchement des yeux après la chirurgie, principalement durant le premier mois. Chez certains, ce symptôme peut persister plus de 3 mois. L’assèchement peut se manifester par différents symptômes :

  • Sensation de picotement ou de grains de sable dans les yeux;
  • Brûlements;
  • Yeux collés le matin au réveil;
  • Vision voilée qui change d’un jour à l’autre;
  • Perception de halos autour des lumières;
  • Éblouissement.

L’usage régulier de larmes artificielles (3 à 4 fois par jour) pendant les 3 premiers mois permet de diminuer l’intensité de ces symptômes.

Il est normal de percevoir des halos (auréole floue) ou un étirement des lumières pendant une période de 3 à 4 semaines suivant la chirurgie. 
Ce symptôme est principalement dû à la diminution temporaire de la transparence et de la régularité de la cornée pendant sa guérison. Vous aurez l’impression de voir les lumières à travers un fin brouillard.

La perception de halos pourrait être plus importante ou plus prolongée si :

  • Vous avez été traité pour une forte myopie, hypermétropie ou astigmatisme;
  • Vous avez les yeux secs;
  • Vous avez une correction de type monovision (un œil corrigé de loin et l’autre, de près);
  • Vous avez un défaut visuel résiduel (surcorrection ou sous-correction);
  • Vous avez de grandes pupilles à l’obscurité qui dépassent le diamètre de la zone de traitement utilisée lors de votre correction au laser. Dans de rares cas, ces halos pourraient être permanents.
Quels résultats puis-je attendre de l’opération?

Dans la majorité des cas, la correction finale se situe à ± 0.50 dioptrie de l’objectif visé, ce qui permet à la plupart des gens d’être autonomes sans lunettes, pour la majorité de leurs activités quotidiennes, incluant la conduite automobile.

Le laser est calibré avant chaque intervention pour s’assurer de son efficacité et de sa précision. Toutefois, il est impossible de garantir un résultat à 100 % suite à une correction laser.

La cornée étant un organe et non un objet mécanique, sa réponse peut varier d’une personne à l’autre, lors de l’intervention et durant la guérison. Selon son état, la cornée peut surrépondre ou sous-répondre au traitement.

Combien de temps pour récupérer une vue parfaite ?

La chirurgie est caractérisée par une récupération visuelle rapide, permettant à la majorité des gens de reprendre leurs activités 1 semaine après la chirurgie. La vision s’améliorera dès le retrait de la lentille cornéenne bandage.

La stabilisation de la vision est généralement acquise après 1 mois dans 95% des cas. Le rythme de guérison peut toutefois varier d’une personne à l’autre. C’est pourquoi une amélioration de la qualité de votre vision pourrait aller jusqu’à 12 mois après la chirurgie. Plus la correction est élevée, plus longue sera la période de récupération.

Ne soyez pas inquiet si la qualité de votre vision ne vous semble pas parfaite à court terme. Elle s’améliorera avec le temps.

Il est fréquent de noter une légère différence de qualité de vision entre les deux yeux. Idéalement, vous devriez éviter de cacher un œil pour la comparaison. En laissant les deux yeux travailler ensemble, vous faciliterez l’adaptation de votre système visuel à votre nouvelle condition. De plus, la vision binoculaire est toujours supérieure à la vision d’un œil à la fois.

Sous quel délai puis-je reprendre le travail ?

Vous pourrez retourner au travail aussitôt que votre vision vous paraîtra satisfaisante à la réalisation de vos tâches habituelles (1 semaine).

Vos yeux seront plus facilement irrités durant les premières semaines, ce qui pourrait rendre le travail sur ordinateur et la lecture prolongée plus difficiles. Utilisez des larmes artificielles pour améliorer votre confort. Avec l’usage des gouttes anti-inflammatoires, vous pourriez noter un goût ferreux, désagréable, dans le fond de votre gorge. Ceci s’explique par le passage du médicament dans le nez, par le canal lacrymal et ensuite une évacuation vers la gorge. Pour éviter ce goût désagréable, gardez les yeux fermés 20 secondes après l’instillation des gouttes et appliquez un délicat pincement dans le coin de l’oeil, près du nez.

Si vous travaillez dans un milieu poussiéreux ou à risque élevé d’infection, vous devrez attendre 1 semaine avant de reprendre le travail (Exemple : jardinage, mines, garage, construction, etc.). Au besoin, la clinique pourra vous remettre une lettre justifiant votre absence. Il est recommandé de porter des lunettes de sécurité lorsque la situation le requiert, durant les 3 premiers mois.

Les douches ou baignades sont elles à éviter suite à l’opération ?

Vous pourrez prendre votre douche ou votre bain dès le lendemain de la chirurgie. Gardez vos yeux fermés dans la douche et évitez de diriger le jet d’eau directement sur vos yeux durant la première semaine. Évitez également, les premiers jours, de faire entrer de l’eau ou du shampooing dans vos yeux.

Vous devriez éviter les piscines, bains tourbillons, bains de vapeur et saunas durant la première semaine. Par la suite, la baignade peut être reprise avec le port de lunettes de natation (goggles). Évitez de plonger durant les premières semaines. Le ski nautique devrait être évité durant au moins 8 à12 semaines à cause du risque élevé de chute et d’entrée brusque d’eau dans les yeux.

Combien de temps avant de pouvoir se maquiller?
Les crèmes et les lotions pour le visage peuvent être utilisées dès le lendemain de la chirurgie. Cependant, il est important d’éviter le contour de l’oeil et des paupières pendant la première semaine. Le mascara et la ligne de crayon sont donc contre-indiqués durant cette période. Utilisez des produits neufs et solubles à l’eau pour éviter une infection et faciliter le démaquillage. Celui-ci devra se faire sans exercer de pression trop élevée sur les yeux. Optez pour des mouvements délicats.
Combien de temps avant de pouvoir conduire ?

Au-delà de 95 % des gens opérés peuvent conduire leur voiture dès 1 semaine de la chirurgie. Lors de vos visites postopératoires, l’ophtalmologiste vous indiquera le moment où vous aurez récupéré une acuité visuelle correspondant aux normes
 pour la conduite d’un véhicule. Durant les premiers jours, après la reprise de la conduite automobile, conduisez prudemment car votre vision pourrait vous paraître légèrement voilée et votre perception
des profondeurs pourrait être légèrement modifiée.

Il est normal de percevoir des halos ou des étirements des lumières le soir pour une période d’environ 4 semaines.

Votre sensibilité aux contrastes pourrait être légèrement diminuée pendant le premier mois, ce qui pourrait gêner la conduite automobile de soir.

Si la situation s’applique, vous pourrez faire une demande de révision afin d’éliminer de votre permis de conduire la condition «Port de lunettes pour la conduite automobile». Il est préférable d’attendre la stabilisation de votre condition visuelle avant d’en faire la demande (idéalement, 1 mois après la chirurgie).

Combien de temps avant de reprendre une activité sportive?

La majorité des sports peuvent être repris après 2 semaines.

Puis-je me faire bronzer après l’opération ?
L’usage des cabines de bronzage n’est pas recommandé durant les 4 premières semaines. L’exposition aux ultra- violets et à la chaleur intense peut interférer avec la guérison de la cornée et accentuer l’assèchement des yeux. Utilisez des lunettes de protection U.V. lors de l’exposition, ainsi que des larmes artificielles avant et après.
La probabilité d’une retouche chirurgicale

Le résultat postopératoire dépend en grande partie du degré de myopie, d’hypermétropie et d’astigmatisme à corriger.

Il est possible d’envisager une retouche si le résultat visuel obtenu après la chirurgie ne vous permet pas d’être autonome sans lunettes, dans la majorité de vos activités en vision de loin. La retouche n’est jamais envisagée avant 3 à 6 mois postopératoires. Il est important d’attendre la stabilisation complète de la guérison.

Le port occasionnel de lunettes d’appoint

La retouche ne permet pas toujours d’améliorer la qualité de la vision, surtout lorsque le défaut résiduel à traiter est inférieur à ±0.75 dioptrie. L’ophtalmologiste devra donc juger de la pertinence et de la sécurité d’une deuxième intervention.

Si vous êtes légèrement surcorrigé ou sous-corrigé par rapport à l’objectif visé avant la chirurgie, l’ophtalmologiste ou l’optométriste pourrait vous suggérer de porter à l’occasion des lunettes d’appoint pour corriger votre vision parfaitement, selon votre degré de tolérance dans les conditions plus difficiles.

Si vous avez plus de 40 ans, vous aurez éventuellement besoin de porter des lunettes lors de vos activités en vision rapprochée (Exemple : lecture, travail sur ordinateur, etc.).

La chirurgie laser ne ralentit pas la progression de la presbytie. Si vous avez opté pour une correction de type Laser PRESBYMAX, il sera parfois nécessaire d’égaliser vos deux yeux à l’aide de lunettes pour les tâches de précision.

Les complications possibles

Comme toute intervention, la chirurgie laser comporte un certain risque de complication.

Par définition, une complication est un événement imprévisible, qui peut entraîner une diminution temporaire ou permanente de la qualité de la vision, ne pouvant être corrigée par des lunettes ou des lentilles cornéennes.

La diminution se limite généralement à une ligne sur la charte visuelle et plus rarement à deux lignes. La probabilité d’avoir une complication entraînant une perte de la qualité de la vision est rarissime.

Ces complications peuvent être de différente nature :

  • Complication reliée à l’instrumentation. La chirurgie d’un œil pourrait être annulée ou reportée à une date indéterminée si les critères de sécurité et d’efficacité ne peuvent être assurés (Exemple : défectuosité d’un instrument chirurgical ou d’un appareil de stérilisation, panne d’électricité majeure, erreur de programmation, etc.).
  • Ectasie cornéenne ou kératocône. Déformation progressive de la cornée, à moyen ou à long terme. Pourrait entraîner une progression de la myopie ou l’apparition d’un astigmatisme irrégulier. Pourrait nécessiter une correction par des lentilles cornéennes spécialisées, par l’implantation d’anneaux intra-cornéens (INTACTs) ou, dans de rares cas, par une greffe de la cornée.
  • Infection (1 cas sur 10 000). Urgence nécessitant un traitement intensif d’antibiotiques. Peut entraîner une perte de la transparence de la cornée, temporaire ou permanente. Érosion cornéenne. Survient lorsque des cellules fragiles de l’épithélium (peau de la cornée) sont délogées . Cette condition, très rare, peut accentuer la douleur et l’inflammation postopératoire. Elle nécessite parfois la pose d’une lentille cornéenne bandage pour quelques jours. Dans de rares cas, une cicatrisation anormale avec baisse de la qualité de vision peut se produire .
  • Cicatrisation anormale ou haze RARE perte de transparence de la cornée qui diminue la qualité visuelle. Habituellement, cette opacité tend à s’estomper avec le temps. Dans le cas contraire, l’ophtalmologiste prescrira des gouttes anti-inflammatoires. Des suivis supplémentaires devront être effectués.
  • Les cas de cécité résultant d’une chirurgie laser sont pratiquement inexistants (1 cas sur 40 000).

Dans toute sa carrière, un chirurgien ne rencontrera probablement jamais cette situation. La plupart des complications en chirurgie laser peuvent être corrigées de sorte qu’aucun symptôme significatif ne persiste à long terme. Avec les techniques modernes de chirurgie laser, on estime le taux de retouche à environ : 1 % par dioptrie de myopie à corriger;
 10 % par dioptrie d’hypermétropie à corriger; 5 à 10 % par dioptrie d’astigmatisme à corriger.

Par exemple, si vous êtes myope de -4.00 D vous avez 4 % de probabilité d’avoir besoin d’une retouche. Si vous êtes hypermétrope de +3.00 D, il y a 30 % de probabilité de nécessiter une deuxième intervention. Si vous avezun degré d’astigmatisme de -2.00 D, votre probabilité d’une retouche s’élève à 20 %.

Taux de satisfaction

Les personnes qui présentent le plus haut taux de satisfaction suite à leur chirurgie sont généralement : Ceux et celles qui ont des attentes réalistes face à ce que sera leur vision après la correction au laser; Ceux et celles qui comprennent les risques ainsi que les effets secondaires potentiels d’une telle chirurgie.

Ce petit questionnaire peut vous aider à déterminer si vous êtes prêt pour la chirurgie laser : Est-ce que vous avez un désir élevé de vous départir de vos lunettes ? Est-ce que vos lunettes et/ou vos lentilles cornéennes interfèrent avec votre travail, vos sports ou vos activités quotidiennes ? Est-ce que vous comprenez qu’une chirurgie réfractive nécessite des visites de suivi à intervalles réguliers ?
 Aurez-vous le temps de vous rendre à ces visites postopératoires ? Est-ce que vous comprenez que les résultats d’une chirurgie laser ne peuvent être garantis à 100 % ? Est-ce que vous comprenez que vous pourriez avoir à porter des lunettes après la chirurgie, pour certaines tâches, dans certaines circonstances ? Est-ce que vous comprenez que vous pourriez avoir besoin d’une seconde intervention chirurgicale pour rehausser le résultat de la première, si jugé nécessaire et sécuritaire par l’ophtalmologiste ? 
Si vous avez répondu « non » à certaines de ces questions, vous êtes invité à discuter plus amplement avec votre ophtalmologiste de la chirurgie et de vos attentes.

VOTRE SECURITE’, NOTRE PRIORITE’ Le profil de sécurité de la chirurgie laser s’est grandement amélioré dans les 10 dernières années grâce à l’apparition de nouveaux instruments, de technologies laser permettant des zones d’ablation plus larges et plus régulières ainsi que de l’amélioration des systèmes de poursuite des mouvements de l’œil.

Le CEMO se fait un devoir de respecter et de surpasser les standards de sécurité en matière de chirurgie. Elle met à votre disposition : Une équipe qualifiée d’ophtalmologistes, infirmières et techniciens; Un environnement où le taux d’humidité et la température sont contrôlés afin d’assurer une stabilité de l’efficacité du faisceau laser; Des produits qui répondent à des standards élevés d’efficacité et de sécurité; Des instruments diagnostiques et chirurgicaux permet- tant d’optimiser le résultat réfractif de la chirurgie;

Les lasers AMARIS 750S et 1050S DE SCHWIND qui permettent une ablation personnalisée ultra-rapide tout en respectant la courbure naturelle de la cornée pour une qualité optimale de vision postopératoire;

Un environnement paisible et confortable.

Il est à souhaiter que votre crainte d’une complication ne vous empêchera pas de profiter des avantages que peut vous procurer une vision sans lunettes! Pensez à la chirurgie comme à une promenade en voiture. Nous sommes tous conscientsqu’il existe une infime probabilité d’être impliqués dans un accident, mais ceci ne nous empêche pas d’utiliser notre véhicule à chaque jour pour vaquer à nos occupations… Tout simplement parce que c’est pratique!!!

Les défauts de la vision de loin

L’œil se compare à une caméra. Son segment antérieur est composé de deux lentilles naturelles; la cornée, située devant l’iris et le cristallin, situé derrière.

L’iris, qui donne à l’œil sa couleur distincte, agit comme un diaphragme en contrôlant la quantité de lumière qui pénètre dans l’œil par l’ouverture de la pupille (partie noire centrale). En présence d’une quantité importante de lumière, la pupille se contracte et à l’inverse, elle se dilate.

La cornée est une fenêtre arrondie. Sa courbure lui confère une certaine puissance de focalisation, comparable à l’objectif d’une caméra.

Le cristallin est une lentille transparente et flexible à la naissance. Celui-ci est contenu dans une enveloppe, la capsule, qui se rattache à des muscles. Lorsque les muscles se contractent, le cristallin adopte une forme plus arrondie, à la manière d’une loupe. Cette action, appelée accommodation, permet à l’œil d’ajuster sa mise au point de l’image lorsqu’un objet se rapproche. Cet ajustement imite l’action du zoom dans une caméra. En traversant la cornée, puis le cristallin, les rayons de lumière convergent en un point de focalisation. Après avoir traversé une substance gélatineuse appelée vitré, l’ensemble de ces points de lumière forme une image qui sera captée par la rétine. Celle-ci tapisse le fond de l’œil à la manière d’un film de caméra. L’image sera ensuite acheminée au cerveau sous forme d’influx nerveux par le nerf optique.

Toute atteinte ou anomalie de l’œil peut empêcher d’obtenir une vision qualifiée de 100 %, et ce, même après une chirurgie réalisée dans des conditions optimales.

Les défauts de la vision de loin

On dit d’un oeil qu’il est emmétrope ou sans erreur de réfraction lorsque les rayons lumineux qui traversent la cornée et le cristallin se focalisent en un seul point clair, directement sur la rétine. La mise au point est alors parfaite pour la vision de loin. À ce moment, le cristallin est au repos.

Durant la croissance de l’oeil, il arrive que des défauts de la vision de loin apparaissent, nécessitant alors le port de lunettes et/ou de lentilles cornéennes pour les corriger.

Lors de la chirurgie laser, l’ophtalmologiste modifie, à l’aide du laser Excimer, la courbure de la cornée afin de réduire votre dépendance à votre correction optique. 

La myopie

Si l’œil est trop long ou que la cornée est trop bombée, les rayons lumineux convergent devant la rétine. Il en résulte une vision floue, principalement de loin.

Si vous êtes myope et que vous retirez vos lunettes, votre vision sera meilleure de près et vous aurez de la difficulté à distinguer les objets éloignés.

Pour corriger la myopie, le laser doit aplatir la courbure de la cornée en pulvérisant des couches de cellules principalement au centre de celle-ci.

La grandeur de la zone de traitement est choisie au préalable par l’ophtalmologiste. Idéalement, elle devrait correspondre à la grandeur de la pupille à l’obscurité.

Le nombre de couches pulvérisées au sommet de la cornée est directement proportionnel au degré de la myopie à corriger et à la grandeur de la zone de traitement.

Si vous présentez une myopie élevée et des pupilles de grand diamètre, il est possible que votre cornée ne soit pas assez épaisse pour que l’on puisse vous corriger de façon efficace et sécuritaire.

La chirurgie laser doit être envisagée avec parcimonie dans les cas de myopie dépassant -10.00 dioptries.  

L’hypermetropie

Si l’oeil est trop court ou que la cornée n’est pas assez bombée, les rayons lumineux convergent derrière la rétine.

Le cristallin déploie alors un effort constant pour ajuster la mise au point de l’image sur la rétine.

C’est ce qui explique que pendant plusieurs années, certains hypermétropes bénéficient d’une bonne vision de loin.

Toutefois, cet effort accommodatif résulte en une fatigue visuelle, principalement de près.

Avec l’âge et la perte d’élasticité du cristallin, l’hypermétropie latente se manifeste graduellement par une vision floue en vision intermédiaire et en vision de loin.

Pour corriger l’hypermétropie, le laser creuse une gouttière autour de la pupille, en périphérie de la cornée, de manière à la rendre plus cambrée au centre.

De façon générale, le traitement de l’hypermétropie par le laser se limitera à des degrés de +4.00 dioptries.

L’astigmatisme

L’astigmatisme est fréquemment causé par une cornée en forme de « ballon de football », c’est-à-dire plus cambrée dans un axe et plus plate dans l’axe opposé.

Il en résulte alors deux points de focalisation différents dans l’œil, soit devant ou derrière la rétine (astigmatisme myopique ou astigmatisme hypermétropique).

Ce type de défaut visuel peut causer un flou inégal autour d’un objet ou l’impression d’une image dédoublée.

De façon générale, l’astigmatisme peut être corrigé par la chirurgie réfractive.

Le laser procèdera à une ablation plus profonde ou moins profonde, selon l’axe traité.

La presbytie

Tout au long de la vie, le cristallin perd progressivement son élasticité naturelle qui permet de passer de la vision de loin à la vision rapprochée. Cette fonction s’appelle l’accommodation.

La perte d’accommodation (presbytie) est physiologique et affecte tout le monde après l’âge de 40 ans.

Elle se poursuit ensuite jusqu’à la cinquantaine où pratiquement toute flexibilité du cristallin disparaît.

Lorsque vous portez vos lunettes de vision de loin, certains signes peuvent vous permettre de reconnaître l’apparition de la presbytie :

  • Vous avez tendance à éloigner votre matériel de lecture;
  • Vous ressentez une fatigue visuelle ou un embrouillement lors d’un travail prolongé en vision de près;
  • Si vous êtes myope, vous avez tendance à retirer vos lunettes pour mieux voir de près.
Myope : Attention à la fausse impression de jeunesse éternelle !

Le cristallin est la structure de l’œil qui est la plus affectée par les effets de l’âge.

Les myopes ont tendance à croire qu’ils ne deviennent pas presbytes (vers 40 ans) car ils peuvent raccourcir leur vision en tout temps, sans effort, par le simple retrait de leurs lunettes de vision de loin.

En fait, leur défaut visuel leur sert de « porte de sortie » pour camoufler leur presbytie.

Si votre vision est parfaitement corrigée au loin, vous devrez vous résigner à porter des lunettes pour les tâches en vision rapprochée, afin de compenser l’apparition de la presbytie (Exemple : pour la lecture, pour voir l’heure sur le bracelet- montre, pour voir le tableau de bord dans la voiture, pour le travail sur ordinateur, pour le bricolage, etc.).

Etes-vous un bon candidat?

Contrairement à la croyance populaire, tous les patients ne sont pas automatiquement candidats pour une chirurgie laser. Avant même de procéder à l’examen préopératoire, l’ophtalmologiste devra s’assurer que vous répondez à certaines conditions de base en vous posant quelques questions importantes. La chirurgie laser pourrait être contre-indiquée si : Vous présentez une myopie élevée (-10.00 dioptries et plus) ou une hypermétropie élevée (+6.00 dioptries et plus); Vous présentez une épaisseur de cornée insuffisante pour la correction nécessaire.

LA VISITE PREOPERATOIRE Lors de votre consultation préopératoire, vous rencontrerez les ophtalmologistes qui procèderont à une évaluation complète de votre vision et de la santé de vos yeux. Il seront en mesure de déterminer si vous etes candidat pour une chirurgie réfractive au laser. Dans l’affirmative, il vous proposeront le type de correction le mieux adapté à vos besoins et à votre style de vie. Nos chirurgiens s’engagent à répondre à toutes vos questions dans le but de vous aider à prendre une décision éclairée.

Age minimal
L’âge minimal pour être éligible pour une chirurgie réfractive au laser est de 18 ans. Si votre prescription de lunettes ou de lentilles cornéennes a changé de plus de 0.75 dioptrie dans la dernière année, il est préférable d’attendre une stabilisation de votre vision avant de vous faire opérer. La chirurgie laser ne met pas un terme à l’évolution naturelle de la vision.
Vision instable
Il est préférable d’attendre une stabilisation de votre vision avant de vous faire opérer. La chirurgie laser ne met pas un terme à l’évolution naturelle de la vision. Il est probable que votre vision soit instable si: Vous êtes dans le début de la vingtaine ou plus jeune; Vous êtes enceinte ou allaitez; Vous souffrez d’une fluctuation hormonale causée par une maladie telle que le diabète; Vous prenez des médicaments qui affectent la vision tels que des corticostéroïdes ou des anti-dépresseurs.
Etes vous enceinte ou en période d’allaitement?
Les hormones produites pendant la grossesse ou l’allaitement peuvent induire une instabilité de la vision ou un assèchement des yeux. Il est recommandé d’attendre une période d’environ 3 mois, après la grossesse ou la fin de l’allaitement, avant de procéder à la chirurgie. Informez votre ophtalmologiste si vous planifiez une grossesse dans les six mois suivant votre chirurgie laser.
Souffrez-vous de diabète?
Un diabète mal contrôlé ou instable peut entraîner une fluctuation de la vision qui rend difficile l’atteinte d’une correction adéquate. De plus, cette condition peut affecter la récupération postopératoire par un ralentissement du processus de guérison des plaies.
Souffrez-vous d’une maladie ou prenez-vous des médicaments?
La guérison de la cornée après une chirurgie au laser peut être affectée par certaines conditions telles que les maladies auto-immunitaires (Exemple : lupus, arthrite rhumatoïde), l’immunosuppression (Exemple : SIDA, thérapies ou médications contre le rejet de greffe) et les maladies vasculaires (Exemple : diabète). Des retards de guérison peuvent aussi être observés lors de la prise de certains médicaments (Exemple : cortisone, acide rétinoïque). Informez votre ophtalmologiste si vous avez des antécédents de cicatrisation excessive suite à une blessure ou à une chirurgie (kéloïdes).
Souffrez-vous d’une maladie oculaire?
Certaines maladies oculaires (héréditaires ou acquises avec l’âge) peuvent être considérées comme une contre- indication à la chirurgie au laser pour différentes raisons : Parce qu’elles provoquent une détérioration progressive de la qualité de la vision qui ne peut être corrigée par des lunettes (Exemple : cataracte, kératocône); Parce qu’elles nécessitent l’usage de gouttes médicamenteuses ou une intervention chirurgicale éventuelle (Exemple : glaucome); Parce qu’elles peuvent se réactiver suite à la chirurgie (Exemple : infection de la cornée par le virus herpès simplex ou herpès zoster); Parce qu’elles peuvent empirer suite à la chirurgie (Exemple : dystrophie cornéenne, syndrome de l’œil sec). 
De plus, il est important d’informer votre ophtalmologiste si vous avez subi une blessure à un œil ou si vous avez déjà été opéré aux yeux (Exemple : PKR, kératotomie radiaire, LASIK, chirurgie de strabisme).
Avez-vous un “oeil paresseux” ?
L’œil amblyope (ou paresseux) présente une vision faible qui ne peut être corrigée parfaitement par des lunettes ou lentilles cornéennes. Cette faiblesse visuelle est souvent présente à la naissance ou consécutive à un strabisme (œil qui louche). La chirurgie au laser ne peut rendre à l’œil paresseux une vision meilleure que celle qui peut être corrigée par des lentilles. De plus, si une complication chirurgicale survenait dans le bon œil, la vision globale pourrait être affectée de façon irréversible. Votre cas devra donc être étudié avec attention par l’ophtalmologiste avant toute intervention.
Les autres solutions pour la correction de la vue
Lors de l’évaluation préopératoire, si une contre-indication à la chirurgie laser est constatée, d’autres solutions pour la correction de votre vision vous seront proposées : L’implantation d’une lentille phake. La lentille phake permet de corriger des myopies et hypermétropies élevées ainsi que l’astigmatisme. Le cristallin des personnes ayant recours à ce type d’intervention continue à fonctionner normalement pour la mise au point des images en vision de près. Le remplacement de votre cristallin par une lentille intraoculaire. Le remplacement d’un cristallin clair se fait de la même façon qu’une chirurgie de la cataracte. L’objectif premier est toutefois de diminuer votre dépendance à vos verres correcteurs. Cette procédure peut être envisagée à partir de l’âge de 45-50 ans, lorsque le cristallin a perdu sa capacité d’accommoder. L’ophtalmologiste vous recommandera la solution la mieux adaptée à vos besoins et à votre style de vie.
Les différents types de chirurgie laser
Le laser excimer permet de corriger la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. En LASIK, une fine lamelle de la cornée (communément appelée flap) est préalablement créée à l’aide d’un microkératome automatisé ou a’ l’aide du laser femtoseconde afin d’exposer les couches plus profondes. En ablation de surface (TRANS-PKR, LASEK), la couche superficielle de la cornée (épithélium) est retirée à l’aide d’une substance alcoolisée ou par le laser.
Consentement opératoire (TRANS-PKR, LASEK, LASIK)

Madame, Mousieur,

Vous présentez une anomalie de la réfraction que votre ophtalmologue vous propose de traiter par une chirurgie réfractive au laser.

Cette fiche contient l’information sur l’opération qui vous est proposée, sur ses résultats et ses risques.

Les anomalies optiques de l’œil:

Dans un œil normal, le trajet des rayons lumineux est modifié par la cornée et le cristallin pour lui permettre de converger vers la rétine. L’œil myope étant trop long, les rayons lumineux convergent en avant de la rétine. L’œil hypermétrope est trop court et les rayons lumineux convergent en arrière de la rétine. L’œil astigmate présente des anomalies de courbure cornéenne qui créent des distorsions de l’image rétinienne à toutes les distances. L’œil presbyte ne distingue pas clairement les objets proches.

Pourquoi être opéré par chirurgie réfractive au laser?

La chirurgie au laser consiste à modifier la forme de la cornée ce qui permet de modifier le trajet des rayons lumineux. Elle est destinée à corriger la myopie, l’hypermétropie l’astigmatisme et la presbytie.

L’opération réfractive au laser:

L’intervention est réalisée alors que le patient est installé sur le dos en milieu chirurgical.

Hospitalisation: l’opération ne nécessite pas d’hospitalisation.

Anesthésie: l’opération se pratique sous anesthésie locale par instillation de collyre.

Technique opératoire: différentes techniques chirurgicales au laser peuvent être proposées. La méthode la plus adaptée à votre cas particulier sera choisie avec votre chirurgien. On distingue:

1. La photo ablation au laser Excimer de surface et TransPKR:

Après ablation de la couche superficielle ou non, les impacts de laser sont appliqués sur la surface de la cornée. En fin d’intervention une lentille thérapeutique ou un pansement est mis en place. Cette technique est pratiquée depuis les années 1990.Elle peut maintenant être associée dans certains cas à des traitements pharmacologiques ou physiques.

2. La photo ablation au laser Excimer dans l’épaisseur de la cornée (Lasik):

Dans cette méthode, le laser est appliqué dans l’épaisseur de la cornée après découpe chirurgicale d’un volet de tissu cornéen qui est remis en place en fin d’intervention. L’opération Lasik est pratiquée depuis les années 1990.

3. Les incisions et ablations intra cornéennes au laser Femtoseconde:

Ce laser peut inciser l’intérieur de la cornée ou en disséquer une petite portion qui est extraite au travers d’une incision. Ces techniques se sont développées depuis la fin des années 2000.
Incidents ou difficultés peropératoires :
Ils sont rares et imprévisibles. La découpe du volet cornéen peut être imparfaite, ce qui peut altérer la forme et ou la transparence de la cornée.
L’évolution postopératoire habituelle :
Elle dépend de la technique chirurgicale employée.

1.Le laser excimer de surface et TransPKR:

Dans la très grande majorité des cas, l’œil opéré est douloureux pendant environ 3 jours. La récupération de la vision est rapidement progressive dès la première semaine. Les soins locaux sont réduits à l’instillation de goutte associée à la prise éventuelle de comprimés contre la douleur. Les modalités et la durée du port de la lentille thérapeutique vous seront précisées par votre chirurgien.

2. Le laser intrastromal Excimer (Lasik) et la chirurgie au laser Femtoseconde:

Dans la très grande majorité des cas, l’œil opéré est peu ou pas douloureux. La récupération visuelle est très rapide.Les soins locaux sont réduits à l’instillation de gouttes.

Après toute chirurgie par photoablation au laser excimer, le port de verres filtrant les ultraviolets est recommandé pendant environ deux mois en cas d’exposition solaire.

Les réglementations concernant les aptitudes visuelles des professions sont continuellement modifiées. Il est donc indispensable que vous vérifiiez vous-même auprès des administrations concernées si une intervention de chirurgie réfractive est acceptée (armée, police, gendarmerie, pompiers, CFF, transport aérien ou routier, etc…).

Les complications de la chirurgie réfractive au laser:

Le résultat recherché ne peut jamais être garanti car il dépend des phénomènes de cicatrisation. Une correction complémentaire par lunettes, lentilles de contact ou par ré-intervention est parfois nécessaire. Cette opération n’échappe pas à la règle générale selon laquelle il n’y a pas de chirurgie sans risque. Les complications sévères sont très rares mais elles peuvent cependant nécessiter une ré-intervention et aboutir à une réduction de l’acuité visuelle même avec correction, voire dans les cas les plus extrêmes à la perte de la vision.

Il s’agit: d’une infection ou d’une inflammation, d’une cicatrisation anormale pouvant aboutir à une opacification de la cornée, d’une déformation de la cornée(ectasie) responsable d’un astigmatisme irrégulier, d’une anomalie de réalisation du volet ou d’un déplacement secondaire du volet cornéen effectué lors du Lasik. Une remise en place chirurgicale précoce peut être nécessaire. D’autres conséquences moins sévères peuvent survenir avec notamment:une perception de halos lumineux, une sécheresse oculaire régressant le plus souvent les premiers mois, une tendance à l’éblouissement, une gêne à la vision nocturne, une vision dédoublée, une déformation des images, un abaissement de la paupière supérieure. Ces complications transitoires ou définitives peuvent parfois nécessiter un traitement médical ou chirurgical.

Votre ophtalmologue est disposé à répondre à toute question complémentaire que vous souhaiteriez lui poser.

Les dispositions réglementaires font obligation au médecin de prouver qu’il a fourni l’information au patient. Aussi vous demande-t-on de signer ce document dont le double est conservé par votre médecin.

Les coûts d’éventuelles retouches ou consultations effectué à l’extérieure du centre de microchirurgie oculaire  (CEMO) pour des raison de proximité, urgence etc… ne seront pas remboursées en aucun cas.

Il n’y aura pas de prise en charge par l’assurance de base, ni d’arrêt de travail délivré.

Consentement opératoire (TRANS-PKR, LASEK, LASIK)

Lisez le présent document attentivement avant d’y apposer votre signature. En consentant à une chirurgie réfractive cornéenne au laser, je reconnais avoir compris les informations suivantes : La chirurgie a pour but de corriger les erreurs de réfraction telles que la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme en modifiant la courbure de la cornée.
Ce traitement existe depuis 1985 et consiste en l’ablation d’une mince couche de cornée, à l’aide du laser Excimer. Je comprends qu’il existe d’autres alternatives pour corriger mon défaut visuel, notamment les lunettes et les lentilles cornéennes. Toutefois, j’ai opté pour la correction de ma vision par le laser. Il existe deux principales techniques d’exposition de la surface cornéenne : Mon ophtalmologiste a pris soin de déterminer et de m’expliquer la technique la plus appropriée pour ma condition. A’ la sortie du traitement, je pourrais avoir une lentille cornéenne ou un pansement sur l’œil; j’aurai peut-être à prendre des médicaments contre la douleur; j’aurai des gouttes à instiller dans l’œil opéré pour une période de 1 semaine ou plus; j’aurai certaines restrictions temporaires à respecter; j’aurai à me présenter pour des suivis postopératoires. Je suis informé que, même si elles sont rares, des complications peuvent survenir durant ou après l’intervention. Une complication peut entraîner une baisse de la qualité de la vision, de façon temporaire ou permanente. Cette baisse de vision pourrait ne pas se corriger à l’aide de lunettes, de lentilles cornéennes ou d’une chirurgie. Parmi les complications possibles figurent, sans s’y limiter : erreur de réfraction résiduelle, éblouissement, halos, sécheresse oculaire, régression, diminution de la meilleure acuité visuelle corrigée, opacité cornéenne, déformation cornéenne, ectasie/kératocône, infection, défectuosité d’un instrument chirurgical ou d’un appareil de stérilisation, erreur de programmation, etc. Cicatrisation anormale (fibrose ou haze), retard de réépithélialisation, érosion récidivante, etc. Certaines complications peuvent exiger un changement de posologie ou des visites plus fréquentes à la clinique. Si tel est le cas, je serai responsable des frais engendrés par ces événements (déplacements, hébergement, absentéisme au travail, etc.). 
Comme pour tout traitement médical ou chirurgical, les résultats ne peuvent être garantis. 
 Je comprends que je pourrais éventuellement avoir à reporter des lunettes pour effectuer certaines tâches. Si tel est le cas, je serai responsable des frais de la correction optique (monture, lentilles ophtalmiques, lentilles cornéennes).

Si jugée nécessaire et sécuritaire par l’ophtalmologiste, une deuxième intervention pourrait m’être proposée pour rehausser le résultat de ma chirurgie : 
Retouche (sans frais additionnel pour 1 an).

Je suis responsable du paiement des frais entourant ma chirurgie réfractive cornéenne au laser. J’ai été informé du coût total de mon intervention. J’ai été informé de manière claire et précise,  ainsi que verbalement par mon ophtalmologiste et/ou infirmière, qu’après l’intervention, une personne désignée devra m’accompagner pour le retour, car je ne serai pas en mesure de conduire de façon optimale et sécuritaire.

J’ai compris les risques encourus de ne pas me conformer 
à cette procédure : perception des profondeurs diminuée, voire absente, vision embrouillée, perception de halos, vision double, etc.

Je dégage le CEMO et ses professionnels de toutes responsabilités et de toutes conséquences qui peuvent résulter de ma décision de ne pas me conformer à cette consigne.

En signant, je déclare que mon consentement est libre et éclairé. Je reconnais avoir reçu toute l’information pertinente au traitement que je consens à recevoir. Les risques, bénéfices et résultats escomptés m’ont été expliqués et on a répondu à mes questions de façon satisfaisante. Je comprends que les effets secondaires hypothétiques à long terme ne sont pas encore définis. Je reconnais avoir été informé que je peux joindre mon médecin ou un membre de son équipe en tout temps pour discuter de nouvelles interrogations que je voudrais lui soumettre ou pour l’informer que je désire révoquer mon consentement à ma chirurgie Je soussigné …………………………………………………………………………………….reconnais que la nature de l’intervention, ainsi que ses risques, m’ont été expliqués en termes que j’ai compris, et qu’il a été répondu de façon satisfaisante à toutes les questions que j’ai posées.J’ai reçu une information sur les coûts de la chirurgie.

Consentement opératoire pour la correction de la presbytie

Lisez le présent document attentivement avant d’y apposer votre signature. En consentant à la correction de ma presbytie par la chirurgie réfractive cornéenne au laser, je reconnais avoir compris les informations suivantes : Tout au long de la vie, le cristallin perd progressivement son élasticité naturelle qui permet de passer de la vision de loin à la vision rapprochée (accommodation). La perte d’accommodation est physiologique et affecte tout le monde après l’âge de 40 ans. Elle se poursuit ensuite jusqu’à la cinquantaine où pratiquement toute flexibilité du cristallin disparaît. La presbytie se manifeste par une incapacité à bien focaliser les objets en vision de près lorsque la vision de loin est corrigée.À ce jour, aucun traitement ne permet de redonner ou de prévenir la perte d’élasticité du cristallin.

La chirurgie réfractive cornéenne au laser Excimer a pour but de corriger les erreurs de réfraction telles que la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme en modifiant la courbure de la cornée. Lors du traitement spécifique à la correction de la presbytie : L’œil dominant est corrigé principalement pour la vision de loin, selon les procédures standards en chirurgie réfractive au laser. En contrepartie, la vision de cet œil sera plus embrouillée de près. L’œil non-dominant est corrigé principalement pour la vision de près, selon les procédures standards en chirurgie réfractive au laser. En contrepartie, la vision de cet œil sera plus embrouillée de loin. Le profil d’ablation PRESBYMAX est appliqué soit sur l’oeil droit, l’oeil gauche ou sur les deux yeux lors de la correction. Le traitement a pour but principal d’augmenter la profondeur de champ de chaque œil (étendue de vision claire). Ainsi, les deux yeux partagent une zone commune, en vision intermédiaire, qui favorise la fusion des images entre les deux yeux.

Comme pour tout traitement médical ou chirurgical, les résultats ne peuvent être garantis.

Je comprends que la chirurgie réfractive cornéenne au laser n’élimine pas la presbytie. Il s’agit d’un compromis qui vise à donner une bonne vision de loin, tout en conservant une fonctionnalité en vision intermédiaire et de près. Suite à la correction de la presbytie par le laser, j’aurai à m’adapter à une différence de vision entre mes deux yeux. Cette différence pourrait entraîner une diminution de la qualité de la vision et de la perception des profondeurs. Je comprends que je pourrais avoir à porter des lunettes d’appoint pour effectuer certaines tâches, afin de maximiser la vision des deux yeux en vision de loin et/ou en vision de près. Si tel est le cas, je serai responsable des frais de la correction optique (monture, lentilles ophtalmiques, lentilles cornéennes).

Si jugée nécessaire et sécuritaire par l’ophtalmologiste, une deuxième intervention pourrait m’être proposée pour rehausser le résultat de ma chirurgie : Retouche (sans frais additionnel pour 1 an). Le traitement de la presbytie pourrait être renversé, si jugé nécessaire et sécuritaire par l’ophtalmologiste. Cependant, le retraitement pourrait ne pas me redonner une vision similaire à celle d’avant la chirurgie.

Je suis responsable du paiement des frais entourant la correction de ma presbytie par la chirurgie réfractive cornéenne au laser, et ce, indépendamment du résultat final. J’ai été informé du coût total de mon intervention.

La correction de la presbytie par la chirurgie réfractive cornéenne au laser est une chirurgie élective, ce qui signifie qu’elle n’est pas obligatoire. Je comprends qu’il existe différentes approches non-chirurgicales pour compenser ma presbytie, notamment le port de lunettes ou de lentilles cornéennes, ainsi que d’autres alternatives chirurgicales, dont le remplacement du cristallin par une lentille intra- oculaire. Toutefois, j’ai opté pour la correction de ma presbytie par le laser. En signant, je déclare que mon consentement est libre et éclairé.

Je reconnais avoir reçu toute l’information pertinente au traitement que je consens à recevoir. Les risques, bénéfices et résultats escomptés m’ont été expliqués et on a répondu à mes questions de façon satisfaisante. Je comprends que les effets secondaires hypothétiques à long terme ne sont pas encore définis. Je reconnais avoir été informé que je peux joindre mon médecin ou un membre de son équipe en tout temps pour discuter de nouvelles interrogations que je voudrais lui soumettre ou pour l’informer que je désire révoquer mon consentement à ma chirurgie.

Je soussigné …………………………………………………………………………………….reconnais que la nature de l’intervention, ainsi que ses risques, m’ont été expliqués en termes que j’ai compris, et qu’il a été répondu de façon satisfaisante à toutes les questions que j’ai posées.J’ai reçu une information sur les coûts de la chirurgie.